19 May 2020

Namibie - Voyages

Parcs et réserves de Namibie : les incontournables pour un Road Trip dans le pays

Regorgeant de nombreuses aires protégées, la Namibie est l’une des destinations privilégiées des amoureux de Nature ! Zoom sur les parcs nationaux et sites naturels pour les incontournables d’un road trip dans le pays.

Carte des parcs et reserves de Namibie illustrant les incontournables

Avec ses dunes côtières à perte de vue, ses réserves animalières exceptionnelles et ses sites naturels incroyables, la Namibie vous promet un voyage dans une atmosphère singulière où déconnexion sera le maitre mot.

Géré par le MET, Ministry of Environnent and Tourism, les aires protégées de la Namibie se déclinent en quatre catégories : les parc nationaux, les monument naturels, les réserves naturelles et les parcs naturels.

Pour profiter des merveilles du pays, nous avons sélectionner pour vous ces sites incontournables à explorer, vous permettant ainsi de découvrir ce large éventail de paysages, de cultures et de richesses naturelles hors du commun qu’il abrite.

Le Parc National d’Etosha

Troupeau d'impalas, gnous, autruches, girafes et lion évoluent à Etosha

Au Nord de la Namibie (à 400 km au nord de Windhoek), le Parc National d’Etosha est le 3ème plus grand parc d’Afrique avec une réserve naturelle d'une superficie de 22 275 km2. Un endroit incroyable pour votre Game Drive en Namibie ! En dialecte nama, Etosha signifie « le grand vide » et attire tout au long de l’année une faune abondante tant recherchée en safari. Crée et proclamé comme première zone de conservation de la Namibie en 1907, le public ne peut accéder qu'à un tiers du parc qui a la particularité d’abriter un grand lac asséché appelé le Pan d’Etosha. D’une superficie de plus de 5000km2, il se remplit d'eau à la saison des pluies mais c’est entre mai et octobre, durant la saison sèche, que les grands troupeaux d’animaux se concentrent autour des points d’eau.

Au pan d'Etosha, un éléphant arrose des zèbres pour les chasser

Faune & flore

Bien que composé de grande savane semi-aride et de forêt, le Pan, cette vaste dépression saline peu profonde, reste la caractéristique première du parc. Malgré l’aridité de la région, la réserve détient de nombreux points d’eaux facilitant l’observation de la faune sauvage, critère idéal pour tout safari ! Grâce au statut protégé du parc, Etosha demeure ainsi un refuge naturel pour beaucoup d’animaux. Parmi eux nous pouvons citer de nombreux zèbres, koudous, oryx, springboks, impalas, gnous, chacals, hyènes, lions, léopards, girafes, rhinocéros mais aussi autruches, rapaces, flamands roses et autres volatiles.

Ce n’est pas moins de 114 espèces de mammifères et 340 espèces d’oiseaux qui y sont recensées. 16 espèces de reptiles et une grande variété d’insectes y cohabitent également. Seul le buffle est absent dans cette partie du pays.

Propre à Etosha, vous trouverez aussi le moringa : un étrange arbre ressemblant au baobab qui occupe les lieux de cette étendue grandiose.

Accès au parc et types d’hébergements

Le parc d’Etosha est accessible par quatre portes d’entrée : Anderson Gate à l’extrémité sud du parc, Galton Gate au sud-ouest mais interdite au public, Von Lindequist Gate à l’est et Nehale Lya Mpingana Gate à l’extrémité nord. Leurs horaires d’ouverture et de fermeture sont à respecter et sont basés sur le lever et le coucher du soleil.

Sachez que le parc dispose de trois camps : Namutoni au Nord, Okaukuejo au sud et Halali en son centre. 

Carte du parc d'Etosha faisant figurer les portes d'accès et les camps

Ils offrent en général un hébergement dans des chalets ou chambres doubles et les campings proposent une expérience nature plus sommaire. Magasins et station-service standards, piscine, restaurants et points d’eau éclairés sont présents dans les camps. Dormir au cœur d’une telle nature sublimera votre aventure namibienne !

Le Parc National du Namib-Naukluft

Depuis un 4x4, vue sur le panneau de l'entrée du parc Namib-Naukluft

Le parc national de Namib-Naukluft est le plus grand parc d’Afrique et le quatrième au monde. Fondé en 1907 lors de la colonisation allemande, ses frontières ont été revues en 1978. Il englobe aujourd’hui une partie du désert du Namib, les monts de Monts Naukluft dans la zone orientale ainsi que la région naturelle du Sperrgebiet. S’étendant sur 1600 km de côte le long de l'atlantique , il est l’une des zones de conservation des plus polyvalente de Namibie, dont les paysages diversifiés vous offriront un spectacle exceptionnel .

Se trouvent entre autre dans ce périmètre les sites remarquables dont la mythique côte des Squelettes, caractérisée par ses épaves de bateaux et ses rivages jonchés d’os de baleine, Cape Cross, abritant la plus importante colonie d’otarie à fourrure du pays, ainsi que les villes côtières de Swakopmund et Walvis Bay qui font le bonheur des ornithologues.

A noter toutefois que le cœur du parc s’étend sur 600 km de la rivière Swakop à Lüderitz, son site emblématique le plus prisé des voyageurs étant le mythique désert du Namib et Sossuvlei.

Vue sur les dunes infinies du désert du Namib où un 4x4 roule

Le désert du Namib 

Le désert du Namib est un désert côtier chaud, qui s’étend sur une superficie d’environ 80 900 km2, couvrant un cinquième du territoire. Soumis à des conditions arides ou semi-arides depuis au moins 55 millions d'années, il est considéré comme le plus vieux désert du monde.

La particularité de cette zone aride réside dans ses couleurs ocre et ses hautes dunes sculptées par les vents dominants. 

Sossusvlei

Avec ses dunes figurant parmi les plus hautes du monde, Sossusvlei est le lieu le plus courru du Namib. S’élevant à plus de 375 mètres au-dessus de la rivière Tsauchab, ces dernières se trouvent au-dessus d’un ancien désert pétrifié qui forme un soubassement de grès. Les dunes de Sossusvlei se sont formées par l’accumulation de grains de sable transportés par les vents d’est sur des distances assez considérables, parfois depuis l’intérieur du Kalahari (désert).
Au pied des dunes se trouvent les vlei, des étendues plates rarement remplies d’eau. Dead Vlei est la plus célèbre avec notamment ses arbres morts en contrebas de l'immense dune « Big Daddy ». Ce désert de sel et d’argile aux dunes rouges déploie un panorama tout simplement splendide. Vite, à vos appareils photos !

A Dead Vlei, vue sur les arbres morts au pied des dunes de Sossusvlei
Deux oryx marchent sur le sable ocre du désert du Namib

Un désert bien vivant ! Faune & Flore

En langage nama le Namib signifie "vaste plaine aride où il n'y a presque rien". Mais ce désert est bel et bien vivant puisqu’il abrite des espèces animales rares et acclimatées aux rudes conditions. Insectes, reptiles et rongeurs y vivent.

Du côté des mammifères, l’emblématique Oryx et le springbok y sont présents ainsi que quelques éléphants du désert ayant su s’adapter à cet environnement rude. Du côté des prédateurs, vous pourrez y apercevoir des hyènes et des lions.

En ce qui concerne la faune, le Namib propose quelques nuance de végétation avec des variétés différentes de buissons et d’arbres tels les acacias. Le Namib est un désert qui est baigné par les courants froids du Benguela. Étant donné l’absence d’eau, c’est l’humidité apportée par les brouillards marins qui joue un rôle primordial pour tous les organismes vivants. La plante la plus emblématique du Namib est la Welwitschias. Elle est constituée de deux grandes feuilles linéaires qui croissent de façon indéfinie dans des sens opposés et dont les extrémités se dilacèrent. Mais c’est avant tout pour sa longévité que cette plante retient toute l’attention. Certains spécimens observés ont entre 1000 et 2000 ans !

Gros plan sur la plante endémique du Namib : la Welwitschias Mirabilis

L’incontournable Damaraland

De dos, deux personnes assises admirent les paysages du Damaraland

Le Damaraland est une grande région rocheuse située dans le Nord-Ouest du pays, habitée par le peuple Dama, d’où l’origine de son nom. Ses paysages aussi austères que fascinants sont le résultat de nombreuses activités volcaniques au cours des derniers millénaires. Massifs rocheux aux formes étranges, montagnes abruptes et grandes plaines aux couleurs changeantes décorent ce tableau magnifique. Les amoureux de nature à l’état brut seront aux anges ! Il ne vous restera plus qu’à vous laisser surprendre par la beauté sauvage et authentique des lieux.
Vaste et peu peuplé, le Damaraland a aussi pour caractéristique d’être riche en peintures rupestres.

Lions, girafes.. Zoom sur une peinture rupestre gravée dans la roche

Le site archéologique de Twyfelfontein

Twyfelfontein, nommé « la fontaine hésitante », est un site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007. D’abord déclaré comme monument national en 1952, le site a ensuite été protégé en 1986, date à laquelle il fut déclaré réserve naturelle. Il possède les plus importantes concentrations d’art rupestre d’Afrique, comptant pas moins de 2000 gravures sur roche, vestiges laissés par les San, autrefois habitants de la région. Ces peintures bien préservées dans le grés rouge datent de 3000 à 6000 ans. Elles représentent des rhinocéros, des éléphants, des autruches, des girafes, ainsi que des empreintes de pas d’hommes.

L’emblématique Massif du Brandberg

Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2002, le Brandberg, signifiant « montagne de feu », est un massif montagneux d’origine volcanique qui tient son nom de sa couleur rouge qu’il arbore au lever et au coucher du soleil. Avec 2573 m d’altitude, c’est la plus haute montagne de Namibie et fait partie des sites les plus emblématiques du Damaraland. Le Brandberg est aussi réputé pour ses nombreuses peintures rupestres. On y trouve également une faune et une flore riches dont des espèces endémiques, et ce, malgré la forte chaleur et le manque d’eau de la région.

Route avec à l'horizon les montagnes du massif Brandberg
Tronc d'un arbre pétrifié à l'allure d'un caillou gît sur le sol

La mystérieuse « Forêt pétrifiée »

Plus au nord, se trouve un site géologique mystérieux : la « Forêt pétrifiée ». Déclarée monument national en 1950, elle doit son nom à la présence d’une soixantaine de troncs fossilisés étendus sur le sol. Répartis sur une surface de 300 x 800 mètres, certains de ces conifères atteignent une longueur de 30 mètres avec une circonférence pouvant aller jusqu’à 6 mètres. Ils auraient, d’après la légende, été amenés par les crues d’Angola il y a 300 millions d’années. Poussant entre les troncs, vous pourrez apercevoir la plante endémique du Namib, la Welwitschia mirabilis et ce malgré l’aridité du lieu. A noter que la visite n’est pas libre et nécessite la présence d’un guide.

Une faune des plus sauvages 

L’autre particularité du Damaraland réside dans le fait que c’est une région faisant office de refuge naturel d’une faune sauvage évoluant en dehors des parcs et réserves du pays. Vous aurez peut-être la chance d’y observer des petits mammifères tels que les phacochères, hyènes, chacals et babouins ainsi que des plus grandes espèces comme les zèbres, girafes, guépards, kudus, rhinocéros noirs (espèce en danger critique d'extinction) et éléphants adaptés au désert de Brandberg. Ces deux dernières espèces sont spécifiques à la région. Les voir évoluer en pleine liberté au sein d’un environnent hostile vous promet des moments forts en émotions ! De belles rencontres qui marquent les esprits. A noter que la population animale assez dense du Damaraland reste farouche en raison de l’aridité des lieux et de la présence de braconniers.

Un troupeau d'éléphants du désert évolue dans un environnement hostile

Le Parc transfrontalier du Ai-Ais Richtersveld

Vaste désert de montagne du parc national du Ai-Ais Richtersveld

C’est au sud du pays, à la frontière de la Namibie et de l’Afrique du Sud que se trouve le Parc national du Ai-Ais Richtersveld. Partagé entre ces deux contrées, il regroupe depuis sa création en 2003, le parc des sources chaudes de Ai-Ais en Namibie et le parc National de Richtersveld en Afrique du Sud.

De vastes déserts de montagnes plantent le décor de ce paradis encore intact. Il y abrite également la plus grande variété au monde de plantes succulentes résistantes à la sécheresse. Située dans le sud du parc, une aire protégée communautaire créée à l’initiative des habitants est d’ailleurs classée depuis 2007 au patrimoine mondial pour ses paysages botaniques et culturels.

Place à la star des lieux !

Zoom sur le Fish River Canyon et ses falaises abruptes dorées

Le Fish River Canyon

Direction le Fish River Canyon pour un autre spectacle fascinant de la nature ! Il s’agit du second plus grand canyon du monde (après le Grand Canyon du Colorado) et le premier d'Afrique. Avec une longueur de 160 km, une largeur de 27 km et une profondeur de 550 mètres, il est tout aussi impressionnant que son compère américain devant lequel il n’a pas à rougir. Entre terres arides et dédales rocheux majestueux, cette merveille naturelle de la Namibie, livre des paysages incroyables et des panoramas à couper le souffle. Hors du temps, dans une ambiance quasi mystique, nul doute.. vous êtes bel et bien en Namibie !

Activité contemplative et randonnée

Pour une grande majorité des voyageurs, l’exploration de ce site s’en tient à l’observation depuis les points de vues en surplomb. Pour une vue spectaculaire, vous pouvez privilégier l’entrée Nord du canyon à Hobas. En revanche pour une contemplation en bord de rivière, préférez l’entrée sud à Ais-Ais.
Outre le panorama, vous pourrez aussi y découvrir la faune sauvage qui l’habite. En effet, cette plaine pierreuse aux plantes succulentes accueille une diversité d’animaux du désert parmi lesquels l’oryx Hartmann, les zèbres de montagnes ou encore les springboks. A noter que seuls quelques randonneurs (très expérimentés) sont autorisés à y descendre pour effectuer la longue marche de 5 jours et 4 nuits jusqu’à Ai-Ais. La découverte depuis l’intérieur ne peut se faire que durant l’hiver austral en raison des températures trop élevées l’été.

Trois randonneurs avertis descendent au coeur du Fish River Canyon

Profitez d’être dans le sud du pays pour découvrir les villages de l’ouest. Pour une ambiance paisible, n’hésitez pas à flâner dans le port de pêche de Lüderitz ! Pour une atmosphère mystique, explorez la ville fantôme de Kolmanskop. Enfin Aus, un village étape entre le Fish River Canyon et Lüderitz vous offrira quand à lui une halte incroyable au cœur de paysages grandioses connus pour l’observation des chevaux sauvages.. Magique !

Vous avez désormais une vision des incontournables pour un road trip en Namibie. Pour une évasion sortant davantage des sentiers battus, n’hésitez pas à consulter nos 5 endroits coup de cœur du pays !


Pour continuer de rêver tout en restant connecté à notre actu, suivez-nous sur nos réseaux sociaux
Facebook & Instagram.

Nous sommes friands de vos idées et avis donc n’hésitez pas à commenter et à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

suivez-nous sur Instagram